LES ÉCHAUFFEMENTS AU TRAVAIL POUR LUTTER CONTRE LES RISQUES DE BLESSURES ET LES TMS

Échauffements au travail avant la prise de poste : un outil efficace pour lutter contre le risque de blessures et les TMS

Entorses chez les ripeurs, lumbagos chez les égoutiers, chutes chez les agents de maintenance ou encore élongations musculaires chez les préparateurs de commande, beaucoup des accidents de travail ont lieu dans la première heure de prise de poste. Mettre en place des échauffements au travail peut se révéler être un outil de prévention redoutable ! Pour ce faire, ce temps d’éveil corporel et mental doit s’inscrire dans une démarche globale de prévention santé. De surcroît, il faut qu’il soit adapté à la population et à l’organisation dans sa mise en œuvre.

ÉCHAUFFEMENTS AVANT LA PRISE DE POSTE : LUTTER CONTRE L’ABSENTÉISME, MAIS PAS QUE !

Encadrés et dynamisés par des professionnels du sport-santé en entreprise, les projets d’échauffements au travail permettent d’observer des bénéfices directs :

  • Préparer l’organisme aux contraintes physiques et mentales du métier
  • Favoriser l’application des bonnes postures au travail

Par ailleurs, ils permettent également d’observer des bénéfices indirects :

  • Développer la prise de conscience corporelle individuelle
  • Développer la convivialité et la qualité de vie au travail des équipes

AMÉLIORER LA PRÉPARATION DE L’ORGANISME AUX CONTRAINTES DU MÉTIER

En mobilisant les différentes parties du corps, des phénomènes physiologiques opèrent. Les articulations se lubrifient, le sang circule davantage, la température corporelle augmente et la raideur musculaire diminue. Cette montée en charge progressive de l’organisme prépare le corps et le cerveau à affronter les contraintes de la journée en toute efficacité, en améliorant la protection musculaire et en diminuant le risque de blessures.

« Depuis qu’on a débuté les échauffements il y a 3 mois, mes tendinites aux coudes ont disparu. C’est vrai qu’avant on forçait directement à froid pour se tenir au camion et tirer les bacs. » — Akim, rippeur, Collectivité Grand Lac, Aix-les-Bains (73) 

L’intégration quotidienne d’exercices de prévention (étirements, renforcement, équilibre et proprioception) ciblés sur les épaules, les chevilles ou encore le dos, permet aux opérateurs de s’adapter physiquement à leur métier. À court terme, ces exercices diminuent certaines douleurs. À plus long terme, ils préviennent l’apparition de TMS (Troubles Musculo-Squelettiques). Quant aux opérateurs ayant un poste plutôt sédentaire, pratiquer au moins 15 minutes d’activité quotidienne diminue les tensions musculaires. Cela permet aussi de maintenir un niveau de tonicité postural et de souplesse nécessaire à la préservation de leur capital santé.

« Quatre mois après la mise en place des échauffements au service de préparation des commandes, 50% du personnel a déclaré une diminution des douleurs ressenties »Adrien, Responsable Coordination Prévention et Sécurité au travail, Florette, Lessay (50)

50% des collaborateurs de l'usine Florette en Normandie ont noté une diminution de leurs douleurs après 4 mois d'échauffements avant le début du travail

LES ÉCHAUFFEMENTS AU TRAVAIL POUR FAVORISER L’APPLICATION DES BONNES POSTURES AU TRAVAIL

Placement du dos, coordination bras-jambes, respiration, équilibre, … les motricités de base nécessaires à l’application des comportements corporels préventifs sont apprises et répétées pendant les échauffements. Ainsi, la pratique quotidienne d’exercices inspirés des mouvements réels du métier sans les charges favorise l’ancrage des bons réflexes posturaux. Après plusieurs semaines d’échauffements, l’application des bonnes postures en situation réelle devient alors automatique et facile pour les opérateurs.

 

« Aujourd’hui, quand on voit un collègue prendre un carton au sol en gardant les jambes tendues et avec le dos courbé, on a mal pour lui et ça nous choque presque !  Avant, on la faisait tous, tout le temps ! » — Eric, préparateur de commandes et animateur des échauffements, Florette, Lessay (50)

S’ÉCHAUFFER POUR DÉVELOPPER LA PRISE DE CONSCIENCE INDIVIDUELLE, LA CONVIVIALITÉ ET LA QUALITÉ DE VIE AU TRAVAIL

Dans la démarche d’échauffements, les maux et douleurs du corps, parfois ignorés depuis plusieurs années, reviennent au centre de la réflexion. Cela donne ainsi l’opportunité aux opérateurs de prendre conscience de la situation et à rechercher des solutions. Pendant un quart d’heure dans leur journée, les opérateurs prennent soin d’eux, de leur équipe et reçoivent des conseils santé et bien-être de la part du coach.

Ce moment de bonne humeur et de bienveillance sensibilise et amène les opérateurs à réaliser qu’avoir mal n’est pas une fatalité et, surtout, qu’il existe des solutions ! En effet, ces moments, ponctués d’échanges informels et de rires, est également un instant privilégié pour développer la cohésion du groupe.

50% des agents du SILA estiment que l'ambiance de travail s'est améliorée

« Le vrai point positif des échauffements, c’est la cohésion que ça a créé entre les différents services. Ça m’a permis de me rapprocher des personnes que je ne connaissais pas avant, aujourd’hui on boit des cafés ensemble grâce aux échauffements «  — Mathieu, chef d’équipe, SILA, Cran-Gevrier (74)

Envie d’en savoir plus sur les échauffements au travail ?

DÉCOUVRIR LES ÉCHAUFFEMENTS

ÉCHAUFFEMENTS AU TRAVAIL, UN PROJET À INTÉGRER DANS UNE DÉMARCHE DE PRÉVENTION GLOBALE ET COLLABORATIVE

Pour le bon fonctionnement du projet, la mise en place d’échauffements doit rentrer dans une démarche de prévention globale et collaborative. Il est, en effet, essentiel de commencer par agir à la source du problème. Pour ce faire, il faut limiter les risques et contraintes liés à l’environnement et aux postes de travail. Être à l’écoute des remontées de terrain à propos des contraintes du métier permet de créer un climat de confiance optimal entre opérateurs et managers.

Cette atmosphère positive sera alors un atout indéniable au moment d’impliquer les équipes dans le projet d’éveil musculaire. Il est intéressant de former les opérateurs sur les mouvements et postures à adopter à leur poste de travail afin d’optimiser leur confort, leur protection et leur efficacité, avant de lancer la démarche d’échauffement. Tout l’enjeu reste donc de créer et maintenir une émulation collective autour du projet de manière à rendre les groupes autonomes tout en assurant la qualité et la pérennité des échauffements.

DES MOYENS ET UN FORMAT DE PROJET À ADAPTER À LA STRUCTURE

Le succès d’un tel projet passe en grande partie par les moyens mis en œuvre. Pour commencer, il faut communiquer sur le projet en amont et identifier un maximum de collaborateurs moteurs, de tout niveau hiérarchique. Ainsi, cela permet de préparer le groupe au changement à venir. La réalisation d’une immersion par le prestataire est ensuite une étape incontournable afin de créer du lien avec les opérateurs et d’analyser les métiers. Enfin, pour le lancement des échauffements, les équipes devront passer par plusieurs phases :

  •  Formation des salariés et suivi
  • Lancement sur plusieurs semaines des échauffements avec la présence d’éducateurs à chaque échauffement
  • Autonomisation progressive des groupes sur l’animation des échauffements sur plusieurs semaines
  • Accompagnement des groupes sur plusieurs mois avec la présence d’éducateurs une à deux fois par semaine.

Se faire accompagner par des professionnels est alors essentiel pour adapter le format du projet à l’organisation interne de la structure : planification, supports pédagogiques, nombre de sessions de formation, d’éducateurs, contenus des échauffements ou encore espace et matériel nécessaire.

Consultez notre Formation Échauffements au travail – Personnes relais

DÉCOUVRIR